Compagnie Coloniale

Saviez-vous que la Compagnie Coloniale est la seule à pouvoir apposer sur ses boîtes le nom de Thé de Noël ? Vous avez d’ailleurs peut être bu son thé sans vous en douter dans le TGV  ? Ou peut être qu’en voyant les boîtes vous vous exclamerez plein de nostalgie proustienne : « Ah oui c’est ça, c’est le thé que ma grand-mère buvait ! » ?
Cette marque de thé grand public existe depuis plus d’un siècle et demi et son histoire est assez mouvementée. Rencontre avec Vincent Balaÿ, DG de la Compagnie Coloniale, lors d’une dégustation organisée pour des amateurs de thés qui ont pu constater que de belles pages de son histoire sont encore à écrire.

 

Earl Grey pour le Teatime de la Compagnie Coloniale

Earl Grey pour le Teatime de la Compagnie Coloniale

L’HISTOIRE
Fondée rue de l’Opéra à Paris, en 1848 par la famille Meric, la Compagnie Coloniale fait partie des plus anciennes marques françaises de thé. Au départ son activité était principalement la vente du chocolat, comme en témoigne un document de 1858 qui situe alors l’usine à Passy.
En 1860, une succursale est ouverte à Madrid. La plaque de la Compagnie Coloniale existe aujourd’hui encore sur un immeuble de la rue Major. Petit à petit, son activité principale va devenir celle d’un importateur grossiste et conditionneur de thés.

Anciennes boîtes de thé de la Compagnie coloniale

Anciennes boîtes de thé de la Compagnie Coloniale

 

Dans les années soixante, la marque appartient un temps aux thés de l’Eléphant. Unilever, qui détient notamment la marque Lipton, la rachète en 1980. C’est durant cette période qu’est créé le mythique thé de Noël dont l’appellation est déposée. Cela oblige les autres marques à être créatives pour nommer les mélanges de thés de fin d’année ! En 2001, Lipton revend l’entreprise qui va alors traverser une période critique.

En 2009, Vincent Balaÿ reprend la Compagnie Coloniale avec une volonté de dépoussiérer la et de lui donner un nouvel essor. Le packaging des boîtes est modernisé, en gardant bien sûr le symbole de l’encre. Il remporte l’appel d’offres de la SNCF. Son thé est donc choisi pour être servi dans les TGV, ce qui contribue grandement à faire connaître la marque auprès du grand public. Nous devrions également avoir dans quelques temps une belle surprise… autour des thés glacés.
Vincent Balaÿ explique acheter directement ses thés auprès de fournisseurs à Hong Kong et au Sri Lanka. Les mélanges, eux, sont réalisés à l’usine de Dissay, dans la Vienne, par Nicolas Richer. La méthode de la Compagnie Coloniale consiste à aromatiser les thés noirs à la vapeur dans l’usine.

Sachet de thé tissu de la Compagnie Coloniale

Sachet de thé tissu de la Compagnie Coloniale

La Compagnie Coloniale propose du thé en vrac ou des sachets berlingo© qui sont fabriqués en France. Depuis 2010, elle crée environs 10 nouveaux thés aromatisés par an.

 

Darjeeling Himalaya et thé de Chine de la Compagnie Coloniale

Darjeeling Himalaya et thé de Chine de la Compagnie Coloniale

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Année de fondation : 1848
Nombre de références : 180 thés dont 50 nature.

Boutiques : La marque n’a pas pignon sur rue, elle est présente dans 365 points de vente en France, dans des épiceries fines, chez des torréfacteurs et dans des brûleries. A Paris par exemple, vous les trouverez au Bon Marché, à la Brûlerie de Montmartre, etc.

Consulter le site Internet de la Compagnie Coloniale

 

Boîte de thé Earl Grey de la Compagnie Coloniale de la fin du 20e siècle.

Boîte de thé Earl Grey de la Compagnie Coloniale de la fin du 20e siècle.

Boîte de thé Ceylan de la Compagnie Coloniale datant du début 20e siècle

Boîte de thé Ceylan de la Compagnie Coloniale datant du début 20e siècle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer