Happy Blue Tea : un comptoir qui allie thé et bonne humeur !

Fanny perchan devant sa boutique de thé Happy Blue tea
Pour lutter contre la morosité qui nous gagne à la Rentrée, rien de tel qu'une bonne tasse de thé. Et, si vous avez envie de découvrir une nouvelle adresse, j'ai celle qu'il vous faut : Happy Blue Tea ! Allons donc chercher cette tasse dans cette nouvelle boutique de thé. Fanny Pecheran l'a ouvert au début de ce mois de septembre à Paris, dans le quartier Gambetta du 20e arrondissement. 

En avril, j’ai découvert le compte Instagram d’Happy Blue Tea. Après quelques échanges, nous nous sommes appelées pour discuter de notre passion commune : le thé. J’ai tout de suite apprécié l’énergie et l’enthousiasme de Fanny Pecheran qui se lançait dans l’entreprenariat. Sa pugnacité pour créer son lieu de thé, malgré un contexte compliqué, m’a impressionnée. Nous avons donc convenu de nous rencontrer fin août, pour que je puisse découvrir ce nouveau lieu et les délicieux thés qu’il abrite…

DiviniThé : Aujourd’hui, tu ouvres ta boutique de thé mais quel est ton parcours professionnel avant ?

Fanny Pecheran. Au départ, j’ai fait une école de commerce car j’ai toujours été passionnée par le marketing, par le droit et toutes les matières commerciales. Cela m’a permis d’avoir une vue générale du commerce puis j’ai fait un Master spécialisé dans le Consulting.

Ensuite, j’ai rejoint une belle entreprise du CAC 40 où j’ai eu une expérience professionnelle riche. Avec la COVID, je me suis remise en question. Je me suis demandé si j’avais envie de continuer dans cette voie. Tout se profilait plutôt bien mais je sentais que ça ne me correspondait pas pleinement. J’ai donc pris une année sabbatique pour réfléchir à ce que je voulais vraiment faire.

Il se trouve que je buvais déjà beaucoup de thé. Je m’y connaissais déjà un peu et j’ai eu envie d’approfondir en entrant dans cet univers. Être vendeuse dans une boutique est un très bon moyen pour découvrir le produit et en déguster tous les jours : matin, midi et soir ! C’est donc ce que j’ai fait en intégrant une belle maison de thé, à Paris, pendant un an. Je me suis encore plus passionnée pour ce produit. Cela m’a donné envie de continuer dans ce monde mais pas forcément dans l’entreprise où j’étais.  

Une belle opportunité est venue : j’ai découvert un local à quelques pas de chez moi. Je me suis alors décidée à me lancer dans l’aventure : ouvrir ma propre boutique de thé.

Pourquoi as-tu appelé ton comptoir de thé Happy Blue Tea ?

FP. Au départ, le nom Happy Blue Tea m’est venu quand je travaillais comme vendeuse dans une boutique de thé. Je voulais pouvoir échanger avec le monde du thé sans forcément mettre mon nom et que cette entreprise en soit informée.

Bien sûr, j’adore le thé vert, le thé noir, le thé blanc et autres mais les oolongs, dits également thés bleus, sont ma grande passion. Ils restent assez méconnus du grand public alors que leur palette aromatique est d’une incroyable richesse !

J’ai privilégié un nom anglais car le thé bleu, qui est ma famille de thé préférée, est un nom déjà déposé. De plus, la notion d’happy correspond assez bien à mon caractère.

Et puis, lorsqu’on on dit très rapidement Happy blue tea, ça ressemble à Happy beauty. Le thé, c’est bon ET beau. Je voulais que cette notion d’esthétique soit présente dans le nom.

Et enfin, ce nom est aussi une manière d’intriguer, j’aime bien quand les clients m’interrogent à ce propos.

Quant à mon logo, au départ, je ne savais pas comment le définir. Puis, je me suis souvenue d’un collier que j’aime beaucoup qui représente un soleil. Ma graphiste s’en est donc inspiré pour créer ce logo.

Les pétales du soleil sont en réalité des feuilles de thé. Il est décliné en différente couleurs selon les thés, en rouge pour les thés parfumés, les infusions sont de couleur orange les thés nature de couleur bleue.

Logo Happy blue tea

D’où viennent les thés de ta boutique ?

FP.  Pour les thés parfumés, j’ai voulu mettre à l’honneur une marque française. Je me suis donc tournée vers Dammann Frères. Le thé évidemment vient de différents pays mais l’aromatisation, les cartons d’emballages et les sachets de thés sont de fabrication française. Leurs thés aromatisés sont de véritables parfums ! 

Certains se composent même de 10 ou 15 ingrédients, ce qui permet une belle complexité au niveau des notes.

Et les thés d’origine que tu proposes, comment les sources-tu ? 

FP.  Je voulais bien sûr proposer en des incontournables comme les Long Jing, les Qimen, mais aussi des très beaux thés moins connus.

J’avais envie de mettre en avant le travail de petits producteurs. Par exemple, j’adore Les écailles de dragon de Van de Nuages Sauvages. Vous pourrez donc trouver une sélection de ses vietnamiens dans ma boutique.

Je travaille donc soit en direct avec le producteur directement, soit avec un intermédiaire français en lien direct avec des producteurs de thés.

Je vois sur les étagères des coffrets Dammann, des accessoires et des céramiques. Comment as-tu réalisé ta sélection ?

FP. J’ai choisi de présenter 5 céramistes. Une parisienne, Llaudem, Laurette Broll qui a son atelier à 500m de la boutique mais aussi deux français Jé Le Potier et Véronique Maury. Mais, j’ai également inclus une céramiste allemande, Inge Nielsen car je suis très sensible à la finesse de son travail.

Et tu proposes des gourmandises pour accompagner ces thés…

FP.  Oui, par exemple, des biscuits originaux, pur beurre, parfumés aux coquelicots et avec des pépites de chocolats. Je me fournis auprès des Deux Gourmands qui ont décidé de fabriquer des biscuits avec uniquement des produits locaux.

Et je vais bientôt proposer également du chocolat avec Le chocolat des Français qui favorise également le made in France. Leur packaging m’a également séduite car ils travaillent avec des designers français très créatifs. 

Quelle clientèle espères-tu avoir ?

FP. Il y a deux types de clientèle dans ce quartier. Les personnes âgées qui ont toujours vécu ici et de jeunes parents. De nouvelles écoles primaires ont ouvert ces dernières années. 

Ce sont deux clientèles très intéressantes. Chez les personnes âgées, beaucoup connaissent le thé, elles ont découvert le thé nature auparavant et consomment aussi des thés japonais et chinois. 

Les jeunes parents ont aussi un certain pouvoir d’achat, le quartier Gambetta a énormément évolué, ça s’est bobotisé

La rue où nous sommes, rue des Pyrénées, possède de nombreux commerces de bouche qui sont là depuis plus de 15 ans. De fait, il existe donc une clientèle de quartier très fidèle aux commerces de proximité. 

L’idée d’une clientèle avec laquelle on crée des liens me convient mieux qu’une clientèle de passage, comme il en existe dans des quartiers de Paris plus touristiques.

J’aime l’idée d’accompagner les personnes dans leur parcours gustatif, de faire découvrir les thés d’origine aux habitués des thés parfumés, le thé vert à des personnes qui ont l’habitude du thé noir, le puer à ceux qui n’en ont jamais entendu parler, etc.

Et dans ce lieu, tu vas aussi faire des ateliers ?

FP. Oui, le dimanche sera réservé aux ateliers, pour promouvoir les producteurs avec qui je travaille. Par exemple, pour les thés vietnamiens, Vân, de Nuages Sauvages va venir nous en parler. Mon partenaire de puer va venir également présenter son thé.

Je vais également proposer des ateliers accords thés/ mets, thés chocolat, thés et fromage et des ateliers originaux comme ton atelier thé et écriture. 

Image du thé &cailles de  dragon de chez Happy Blue Tea
Le thé blanc vietnamien, Ecailles de Dragon en vente chez Happy Blue tea

Quel est le meilleur thé que tu aies bu ?

FP. Question difficile. Je me souviens de 2 thés qui m’ont procuré une émotion très forte. Tout d’abord, Les écailles de dragon, un thé blanc du Vietnam. C’est la première fois que je buvais un thé dont les feuilles avaient cet aspect. Il possède des notes de litchi et de rose que j’adore. Cela m’évoque l’association rose, litchi et framboise que propose Pierre Hermé. 

Ensuite, le oolong indonésien, Saphir, m’a également ravie avec ces notes très gourmandes de fruit jaune et d’abricot. C’est la première fois que je buvais un oolong aussi savoureux et exceptionnel. Ce n’est pas forcément un thé rare ou d’exception mais il m’a donné de belles émotions !

INFORMATIONS PRATIQUES

Date d’ouverture : septembre 2021

Nombre de références : plus de 240, dont 90 thés d’origine (nature), 18 rooibos, 12 infusions et 120 thés parfumés.

Dégustation : boissons à emporter et dégustations sur place tous les dimanches lors d’Ateliers divers. (Excepté entre novembre et décembre)  

Particularités : une sélection de thés parfumés de chez Damman Frères mais également des thés d’origine provenant de petits producteurs portant des noms de thés empreints de poésie.

Coordonnées de la boutique : 210, rue des Pyrénées 75020 Paris (Métro Gambetta)

Horaires d’ouverture : du mardi au samedi, de 10h à 19h et le dimanche de 10h à 14h

Trà art : des thés du Vietnam, mais pas que…

Divinithe-Nuage_de_the_dans_son_lieu-tra-art

Superbe nouvelle pour cette fin d’année : un nouveau lieu de thé a ouvert à Paris !
J’entends d’ici les amateurs de thés blasés ronchonner : « Quoi ? Encore une nouvelle boutique de thés, mais y’en aura bientôt à tous les coins de rue. On ne s’y retrouve plus… »
Et bien non les amis ! il ne s’agit pas d’un énième comptoir de thé. Trà art vous propose des thés d’exception provenant du Vietnam, mais pas que…
Certes, ce lieu tenu par Vân, créatrice de la marque de thé Nuage Sauvage, est un salon de thé mais sa vocation est aussi de vous faire découvrir le Vietnam d’aujourd’hui à travers des expositions et des animations. Alors, on continue la visite ?


Le thé au Vietnam une histoire très ancienne

Le thé vietnamien, un thé méconnu en France

Avez-vous déjà bu du thé vietnamien ? Et, si c’est un oui, l’avez-vous apprécié ? Les chances que la réponse soit négative sont élevées…

En effet, le thé du Vietnam n’a pas bonne réputation auprès des amateurs français. Et pour cause : l’essentiel de sa production est destiné à l’industrie du thé en sachet. Les thés vietnamiens les plus connus sont les thés parfumés au lotus et au jasmin. Hélas, ceux importés en France sont souvent de piètre qualité. C’est ce constat qui a poussé Vân à vouloir nous faire découvrir d’autres du thé Vietnam Des thés artisanaux rares, de grande qualité qui même au Vietnam restent peu connus.

L’histoire du thé au Vietnam

Les Français ont créé les premières plantations de thé à la fin du 19e siècle. Elles ont connu leur apogé dans les années 1930, avec la construction d’usines modernes. Les guerres qui se sont ensuite succèdées dans la région ont rendu la culture du thé plus compliquée. La production a repris à la fin des années 80. Elle connait de nouveau un essor important depuis 2017. Le pays se classe au 6e rang mondial des producteurs de thé.

Le Vietnam produit essentiellement du thé noir et du thé vert. Le thé noir part à l’export alors qu’une partie du thé vert est consommée localement. Néanmoins, le pays fabrique également un peu de oolong. Le maocha (feuilles séchées au soleil utilisées pour fabriquer le puer) est exporté vers la Chine.

La culture du thé est très ancienne. Elle remonte à 3 000 ou 4 000 ans selon les sources. Son berceau est situé dans une zone formée par des territoires appartenant aujourd’hui au Vietnam, au Laos, à la Chine et à la Birmanie.

Divinithe-CARTE-de-la-region
Carte du Vietnam et des pays frontaliers.

Nous retrouvons aujourd’hui chez Trà Art des thés d’exception provenant du Nord du Vietnam.

Nuage Sauvage : thé et épices du Vietnam

Comment est né Nuage Sauvage ?

Vân [qui signifie nuage en vietnamien] est originaire du Nord du Vietnam. Il y a quelques années, elle a effectué un reportage photographique dans sa région d’origine. L’idée de promouvoir les thés locaux est née à cette occasion. Elle a alors découvert une forêt de théiers centenaires. La qualité des thés produits à partir de ces arbres l’a conquise. Elle a donc décidé d‘y retourner en 2017, pour mieux étudier le thé, comprendre les enjeux et développer un projet autour de ces thés.

Récolte des bourgeons sur des théiers sauvages qui font servir à faire le thé blanc Ecailles de Dragon. © Nuage Sauvage.

Cette région abrite une forêt primaire où poussent des théiers sauvages très anciens. Des ethnies minoritaires, comme les Dzao, les Hmong ou les Tay utilisent un savoir-faire ancestral pour fabriquer des thés d’exception. Malheureusement, cette connaissance intéresse peu les jeunes générations et risque de disparaître. Ces théiers et les techniques de fabrication locales constituent pourtant un véritable trésor national.

Les autorités locales et nationales semblent ignorer totalement cette richesse culturelle. Elles préfèrent favoriser le développement de complexes touristiques de luxe dans la zone. La déforestation que ces projets impliquent met en danger ses anciens théiers sauvages.

Sa démarche

Divinithe-feuilles-du_the_blanc-ecailles-de-dragon-de-chez-Nuage-Sauvage
J’ai eu un coup de coeur pour ce thé blanc qui porte si bien son nom : Ecailles de dragon,. Il s’agit d’une récolte de bourgeons de théiers sauvages. Ces écailles supportent jusqu’à 10 infusions et délivrent une liqueure délicate, sucrée, florale et fruitée.

En s’appuyant sur l’association VACNE (L’Association Vietnamienne pour la Conservation de la Nature et de l’Environnement), Vân travaille sur un projet de protection de cette zone. Il vise à promouvoir une exploitation responsable et durable de ces théiers. Actuellement, le projet rencontre de nombreux freins. Le premier étant la difficulté à mandater un botaniste pour analyser les arbres de cette forêt.

Les théiers utilisés ne reçoivent aucun traitement. Les feuilles sont cueillies à la main, certaines proviennent même de zones de la forêt gardées secrètes.

Les thés n’ont pas tous reçus le label bio. En effet, certains sont produits en trop petites quantités pour que cela soit économiquement envisageable.

Après la cueillette, vient l’étape du flétrissage, réalisée ici en plein air. Le but est de réduire le taux d’humidité des feuilles. © Nuage Sauvage.

Les débuts la marque

A son retour de voyage, Vân se lance dans l’importation de thé du Vietnam en France. Dans un premier temps, elle les propose à des comptoirs de thés.

En un second temps, la volonté de vraiment mettre en lumière les thés vietnamiens pousse Vân à lancer donc sa boutique en ligne, Nuage Sauvage.

 Divinithe-objets_de_the_chez_tra-art_-de_Nuage-de-the
Chez Trà art, on vous offre un thé d’accueil. Au premier plan, vous pouvez voir du puer du Vietnam, très joliment présenté dans un bambou.

Des thés d’origine et des thés parfumés

Nuage Sauvage vend, outre des thés en vrac, des épices vietnamiennes comme de la cannelle, du poivre sauvage, du curcuma, de la cardamone, etc.

Les thés proviennent donc du Nord du pays : de Lào Cai, de Hà Giang et de Yen Bài. La gamme est complète : thé blanc, thé vert, thé jaune, thé noir, du thé fermenté (puer) et oolong.

Vân a développé deux gammes, l’une constituée de thés d’origine et l’autre de thés parfumés.

Aujourd’hui, elle travaille avec deux coopératives de thé pour créer des mélanges parfumés. Elle a choisi un petit producteur, Cao Bo, pour les grands crus.

Les thés d’origine, des grands crus 

  • Ecaille de dragon : thé blanc, bourgeons de théiers sauvages
  • Les fées : thé blanc, bourgeons de théiers sauvages
  • Cao bo : thé jaune provenant des théiers anciens de Ha Giangun
  • Ailes de dragon : thé vert, bourgeons sélectionné à la main à partir de théiers sauvages Duoi Rong
  • Shan Ha Giang : thé vert
  • Oolong Bio Tam Duong : thé oolong
  • Ho Thau : thé noir
  • Pu-erh au bambou fumé : thé fermenté
Et non, la Chine n’est pas l’unique pays du thé jaune ! Nuage de thé vous propose Cao Bo, un thé jaune créé à partir d’une cueillette Impériale (un bourgeon + la première feuille ) provenant des théiers anciens. Cela donne un thé végétal, avec une pointe d’agrume très agréable.

Les mélanges parfumés

Il s’agit de mélanges créé par Vân, à partir de fleurs ou d’épices. Elle choisit des récoltes de qualité où l’on cueille la première et la deuxième feuille.

  • Thé aux fleurs de lotus : thé vert parfumé par imprégnation d’une grande délicatesse
  • Thé aux fleurs de jasmin : thé vert parfumé par imprégnation
  • Rizières Enchantées : thé vert mélangé avec des feuilles de Pandan
  • Printemps à Dalat : thé vert parfumé aux fleurs d’Ylang Ylang et d’Osmanthus
  • Lumière des guirlandes : thé noir de Noël parfumé aux fleurs d’Osmanthus et aux bourgeons de pins
  • Hanoi Breakfast : thé noir à la bergamote
  • un thé à la menthe poivrée : sur une base de thé vert

Tra art : un salon de thé et un lieu d’exposition

Devanture du salon de thé, lieu d'expositions Trà art de Nuage de thé
Devanture du salon de thé, lieu d’expositions Trà art de Nuage de thé

En vietnamien, thé se dit Trà. Etablir un lien entre le thé et l’art, le thé étant lui-même tout un art, c’est un très beau programme… C’est celui de Nuage Sauvage qui nous offre donc plus qu’une énième boutique-salon de thé.

Actuellement, dans le contexte COVID, nous pouvons y découvrir des thés d’exceptions, des épices et des chocolats vietnanmiens, des accessoires ou encore explorer la petite bibliothèque consacrée à littérature vietnamienne. Il est également possible de prendre du thé à emporter.

Nous attendons donc avec impatience 2021 et l’assouplissement des règles sanitaires pour profiter du salon de thé, de la petite bibliothèqueet surtout pour en savoir plus sur la culture contemporaine du Vietnam lors des expositions !

Divinithe-Théière_décorée_vendu_chez_tra art_Nuage de thé
Théière décorée, présentée dans la vitrine de Trà art, rue Bichat à Paris.

Adresse et horaires

TRÀ ART : 34 bis rue Bichat, 75010 Paris
Horaires : du mardi au samedi de 11h à 19h
Le site Internet : ici

Goutte de thé : transmettre l’amour des thés de Chine

Goutte de thé, est l’histoire de la rencontre de 2 chinoises à Paris, Xin et Yao qui ont a coeur de transmettre certains aspects de leur culture d’origine. Elles décident de le faire à travers une sélection de thés de Chine de qualité. Depuis près de 3 ans, nous pouvons nous procurer leurs thés via internet, dans certaines épiceries et salons de thés. Nouvelle étape en 2018 : elles ont ouvert leur propre comptoir de thé dans le 12e arrondissement de Paris. L’occasion d’élargir leur gamme au-delà des thés de Chine… pour le plus grand bonheur des amateurs de thés de qualité !

L’HISTOIRE DE LA MAISON

Les fondatrices de la marque, Xin et Yao, se sont rencontrées à Paris, chez une amie commune, amatrice de thé.

Xin, s’est formée auprès d’un maitre de thé à Chongqing. Pendant trois années, elle a appris les spécificités différents thés, comment bien les infuser et également l’art de la préparation en Gong fu cha. Elle se charge donc de sélectionner les thés pour la marque et d’aller à la rencontre des producteurs en Chine. Elle propose également des dégustations et donne des conférences théinées.

Yao, originaire de Zhejiang, une province réputée pour sa production de thés, notamment des thés verts, a commencé à réellement en boire après son arrivée en France. Aujourd’hui, elle, s’occupe de la partie commerciale, spécialement de la vente de thés aux professionnels.

Vous pouvez les rencontrer toutes les deux en boutique !

Yao dans la boutique Goutte de thé
Yao dans la boutique Goutte de thé

Goutte de thé doit son nom à un ancien rituel qui consistait à boire le thé dans des petits bols recevant 9 gouttes de thé maximum. Il suffit d’ailleurs d’assister à une dégustation dans la boutique, pour comprendre l’importance des gestes dans la préparation du thé.
Le logo affirme la même volonté de transmettre une culture ancestrale. Le calligraphe chinois qui l’a réalisé s’est inspiré de l’ancienne écriture chinoise pour créer chacune des lettres de la marque.

Un des objectifs de Xin et Yao est de donner une meilleure image du made in China en France. Pour cela, elles sélectionnent des thés de Chine de qualité, provenant de petits et moyens producteurs chinois.

Les noms donnés aux thés sont très poétiques. Certains comme Diamant vert (perles de thé vert), Clair de lune (thé blanc) ou Joie de vivre (un thé noir) sont devenus des incontournables pour les amateurs de thés chinois.

La marque s’illustre également par sa capacité à s’adapter au marché français. En effet, elle propose des mini galettes de Tuo Cha de 3 grammes, au lieu des 5 grammes habituellement commercialisés en Chine.

Set de dégustation Goutte de thé

Avant d’avoir pignon sur rue, la marque vendait uniquement des thés chinois. Avec sa boutique, elle élargit sa gamme aux thés parfumés et à quelques thés du Japon et d’Inde. Cette démarche témoigne d‘une volonté de s’adresser au plus grand nombre. Il est fréquent qu’un amateur de thé débute par des thés parfumés avant de s’intéresser aux thés d’origine.

La boutique présente également de très beaux accessoires de thé chinois, ainsi que des théières et mugs européens et des bols japonais.

Logo-Goutte_de_the

INFORMATIONS PRATIQUES

Année de fondation : Fin 2015
Nombre de références : plus de 70, une quarantaine de thés d’origine (nature), une vingtaine de thés aromatisés et des tisanes et rooibos.
Dégustation sur place : pour le moment à la demande et sous réserve qu’il n’y ait pas trop d’influence.
Particularités : une sélection de thés provenant de petits et moyens producteurs chinois, sourcés directement sur place ainsi que des noms de thés emprunts de poésie.

Points de vente Goutte de thé  :
Consulter la liste des épiceries, salons et boutiques de thé.

Coordonnées de la boutique
77, avenue Ledru Rollin, 75012 Paris (Métro Ledru Rollin)

Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi, de 10h30 à 14h et de 15h à 19h30 et le samedi, ouverture dès 10h.
Consulter le site Internet de Goutte de thé

Théière en vente chez Goutte de thé

L’Umami Matcha Café

Les buveurs de thés fréquentent souvent d’invétérés buveurs de cafés. A leur grand dam, ils ont souvent du mal à traîner dans leurs maisons de thés préférées. Un vrai problème, mais soyez rassurés, une solution existe. Son nom ? L’Umami Matcha Café. Un concept original de coffee shop moderne qui propose, dans un même lieu, du thé japonais et du café de qualité, à deux rues de la place de la République à Paris.

 

L'Umami Matcha Café à Paris
Le comptoir de l’Umami Matcha Café à Paris

 

L’Umami Matcha Café, c’est l’histoire d’une soeur et son frère qui possèdent une très bonne connaissance de la culture du Japon, tant par passion que par leurs origines. Leur grand-mère est celle qui permis aux français de découvrir l’art floral japonais, l’Ikebana.

Laure Béguin est une passionnée de thé et Jean, qui adore le café, importe du Japon des produits d’épicerie fine depuis quelques années. C’est pourquoi, quand ils ouvrent en mars 2016, le premier Matcha café de France, l’Umami Matcha Café, ils y intègrent un rayon épicerie japonaise.

Le mot Umami signifie en japonais, goût savoureux. C’est le 5e goût après le sucré, le salé, l’acide et l’amer. Il est très recherché au Japon, et le matcha l’illustre bien. En Occident, on le trouve notamment dans le parmesan.

 

Laure Béguin dans l'Umami Matcha Café
Laure Béguin dans l’Umami Matcha Café

 

Le café reprend le concept japonais de Matcha Café, qui s’adapte très bien aux français fans de thés qui apprécient de pouvoir boire un petit vert,comme d’autres dégustent leur petit noir au comptoir. Et puis, les fans de thé ne me contrediront pas, faire soi-même un bon Matcha, n’est pas donné à tout le monde….

Carte des différents Matcha de l'Umami Matcha Café
Carte explicative des différents Matcha proposés

 

Il est possible de boire un matcha court, latte, cappucino, frappé ou en shot. Ce concept permet de moderniser l’image du thé mais s’adapte également très bien à Paris puisque la carte propose également des cafés torréfiés par Coutume, une maison de café parisienne connue pour la qualité de ses cafés. Le lieu permet également de prendre un brunch, de déjeuner sur place ou déguster une pâtisserie. La cuisine est de qualité et mélange avec finesse tradition japonaise et française.

 

Intérieur de l'Umami Matcha Café
Intérieur de l’Umami Matcha Café

 

L’espace est agréable et calme, les sièges sont confortables et le design sobre, avec un goût pour le détail, notamment les angles en bois des tables.

 

Table de l'Umami Matcha Café
Détail d’une table de l’Umami Matcha Café

 

Le rayon épicerie de l’Umami Matcha Café

Jean Béguin importe des produits d’épicerie fine qu’il achète directement aux artisans japonnais. Il vend depuis plusieurs années aux chefs étoilés. Il est donc maintenant possible, pour les passionnés du Japon d’acheter ces produits de qualité qu’on ne trouve nulle part ailleurs en France.

 

Partie épicerie fine de l'Umami Matcha Café
L’Epicerie fine de l’Umami Matcha Café

 

On peut ainsi acheter différents produits à base de yuzu (nectar, vinaigre, huile, etc)  mais également du miso, des dashis, des sauces pondzu, des nouilles, des algues, du saké, etc.

 

Yuzu en vente à l''Umami Matcha Café
Yuzu en vente à l’Umami Matcha Café

 

Et bien évidemment, le thé n’est pas en reste puisque le lieu propose également de très belles poteries, des classiques du thé japonais et des sachets qui feront rêver plus d’un geek-tea !

Sachets de thés japonais, recyclables dans la déco
Sachets de thés japonais, recyclables dans la déco

 

Qu’est ce que le matcha ?

Spécialité japonaise, le matcha est une poudre de thé vert. Littéralement, son nom signifie thé broyé.
Cette poudre est fabriquée à partir de théiers qui, 20 jours avant la récolte, sont recouverts pour les protéger de la lumière du soleil. Les jeunes pousses cueillies sont immédiatement cuites à la vapeur afin d’éviter toute fermentation.
Le matcha est connu pour ses vertus anti-oxydantes mais également pour être très riche en caféine. Traditionnellement cette poudre est utilisée au Japon lors de la cérémonie du thé. Contrairement aux autres thés, le matcha n’est pas infusé, il est dilué dans l’eau mais sa préparation est très complexe et demande du matériel et un vrai coup de main.

Matcha, poudre de thé vert
Matcha, poudre de thé vert

L’adresse de l’Umami Matcha Café

22 rue Béranger- 75003 Paris
Tél : 01 48 04 06 02.

Honoris Causa et son Maître infuseur

Une expression latine appliquée au monde du thé ? Voilà qui intrigue. Je suis donc allée visiter, Honoris causa maison de thé située à Arcachon. Comme son nom l’indique, elle mise sur l’excellence et les grands thés. Dans une ambiance feutrée, le Maître infuseur propose des thés, infusions, tisanes et de nombreux mélanges maison créés par lui-même. Si vous séjournez ou passez par la côte d’Argent, cette boutique sera une étape inoubliable de votre périple.

 

Comptoir de la maison de thé d'Arcachon, Honoris causa

Le lieu

La sobriété est de mise pour la décoration de la boutique Honoris Causa. Les nombreux objets et thés sont présentés sur des caisses d’expédition de thé en bois qui évoquent l’ambiance d’un entrepôt, mais un entrepôt très soigné. Deux coins cosy sont aménagés pour la dégustation, avec tables et fauteuils en cuir. Au fond de la boutique se trouve un très beau comptoir derrière lequel des boîtes noires contenant les différents thés et infusions sont élégamment présentées.

 

Théières, vendues dans la boutique Honoris causa

L’histoire

En 2011, après une vingtaine d’années passées à travailler pour des marques de thé, Benoît décide de créer sa propre maison de thé, Honoris causa. Cette expression latine, relative à un titre honorifique, traduit bien la qualité des thés qu’entend vendre ce Maître infuseur.

La spécificité de cette marque repose sur l’expertise de son fondateur qui accorde une grande importance au thé et à sa préparation, mais fait également une belle place aux tisanes et infusions. Les ventes se répartissent donc en trois tiers : un pour les thés nature, le deuxième pour les thés parfumés et les tisanes représentent le troisième. D’ailleurs, le logo de la maison joue sur l’ambigüité de la plante présente au centre du losange. Ce peut être un camellia sensis comme ce peut être une plante destinée à préparer des infusions.

 

Intérieur de la boutique Honoris causa à Arcachon

 

La carte de la maison propose toutes les familles de thé. Une belle place est accordée aux thés natures qui proviennent essentiellement de Chine. Elle présente également de nombreux thés d’Inde et du Japon, d’autres provenant de Taïwan, Corée, Ceylan, ou d’Afrique, quelques-uns originaires d’Asie centrale, d’Océanie et d’Amérique du sud. La majorité sont des thés biologiques. On peut même acheter des briques de thé.

 

Théières vendues chez Honoris causa à Arcachon

 

Le Maître infuseur est un passionné de botanique. Il créé des mélanges, que ce soit pour des thés ou des tisanes. Ainsi, il propose un thé vert sencha 1857, allusion à la date de fondation de la station balnéaire d’Arcachon, parfumé à la senteur locale des beaux jours : mimosa et pin. Il s’est amusé à décliner toute une collection 1857. Des infusions : Ville d’hiver, Casino mauresque, Plage Péreire, le Moulleau et l’Aiguillon; un thé noir Arcachon breakfast ainsi qu’un rooibos Arrière-saison.

 

1857, thé vert sencha parfumé de chez Honoris causa

 

Les mélanges parfumés sont donc bien présents mais si vous souhaitez des conseils sur des thés nature Honoris causa possède également des références pointues, comme par exemple des thés de Corée qui sont de plus en plus prisés.

 

Théières, vendues dans la boutique Honoris causa

 

Les deux bests-sellers de la maison sont un thé vert du Japon, le Sencha Toyama et le Khédive d’Egypte, un thé vert parfumé aux agrumes verts et blancs de la basse Egypte.

 

Enseigne de la maison de thé Honoris causa

Informations pratiques

Année de fondation : 2011
Nombre de références : plus de 300 thés, tisanes et infusions, également disponibles sur le site Internet.
Dégustation sur place : Oui
Particularités : La qualité des thés. La maison propose des thés à parfums uniques : thé noir à l’amande, thé noir ou vert à la cannelle, thé vert à la vanille, etc. L’essentiel des thés sont bio et les mélanges sont maison.

Coordonnées de la maison de thé

37, avenue Lamartine, 33120 Arcachon
Tél. 09 67 14 17 66
Horaires d’ouverture : du mardi au samedi de 10h-13h et 14h-18h30

Consulter le site Internet Honoris Causa 

 

Intérieur de la boutique Honoris causa

Compagnie Coloniale

Thé sencha aromatisé aux fleurs

Saviez-vous que la Compagnie Coloniale est la seule à pouvoir apposer sur ses boîtes le nom de Thé de Noël ? Vous avez d’ailleurs peut être bu son thé sans vous en douter dans le TGV  ? Ou peut être qu’en voyant les boîtes vous vous exclamerez plein de nostalgie proustienne : « Ah oui c’est ça, c’est le thé que ma grand-mère buvait ! » ?
Cette marque de thé grand public existe depuis plus d’un siècle et demi et son histoire est assez mouvementée. Rencontre avec Vincent Balaÿ, DG de la Compagnie Coloniale, lors d’une dégustation organisée pour des amateurs de thés qui ont pu constater que de belles pages de son histoire sont encore à écrire.

 

Earl Grey pour le Teatime de la Compagnie Coloniale
Earl Grey pour le Teatime de la Compagnie Coloniale

L’HISTOIRE
Fondée rue de l’Opéra à Paris, en 1848 par la famille Meric, la Compagnie Coloniale fait partie des plus anciennes marques françaises de thé. Au départ son activité était principalement la vente du chocolat, comme en témoigne un document de 1858 qui situe alors l’usine à Passy.
En 1860, une succursale est ouverte à Madrid. La plaque de la Compagnie Coloniale existe aujourd’hui encore sur un immeuble de la rue Major. Petit à petit, son activité principale va devenir celle d’un importateur grossiste et conditionneur de thés.

Anciennes boîtes de thé de la Compagnie coloniale
Anciennes boîtes de thé de la Compagnie Coloniale

 

Dans les années soixante, la marque appartient un temps aux thés de l’Eléphant. Unilever, qui détient notamment la marque Lipton, la rachète en 1980. C’est durant cette période qu’est créé le mythique thé de Noël dont l’appellation est déposée. Cela oblige les autres marques à être créatives pour nommer les mélanges de thés de fin d’année ! En 2001, Lipton revend l’entreprise qui va alors traverser une période critique.

En 2009, Vincent Balaÿ reprend la Compagnie Coloniale avec une volonté de dépoussiérer la et de lui donner un nouvel essor. Le packaging des boîtes est modernisé, en gardant bien sûr le symbole de l’encre. Il remporte l’appel d’offres de la SNCF. Son thé est donc choisi pour être servi dans les TGV, ce qui contribue grandement à faire connaître la marque auprès du grand public. Nous devrions également avoir dans quelques temps une belle surprise… autour des thés glacés.
Vincent Balaÿ explique acheter directement ses thés auprès de fournisseurs à Hong Kong et au Sri Lanka. Les mélanges, eux, sont réalisés à l’usine de Dissay, dans la Vienne, par Nicolas Richer. La méthode de la Compagnie Coloniale consiste à aromatiser les thés noirs à la vapeur dans l’usine.

Sachet de thé tissu de la Compagnie Coloniale
Sachet de thé tissu de la Compagnie Coloniale

La Compagnie Coloniale propose du thé en vrac ou des sachets berlingo© qui sont fabriqués en France. Depuis 2010, elle crée environs 10 nouveaux thés aromatisés par an.

 

Darjeeling Himalaya et thé de Chine de la Compagnie Coloniale
Darjeeling Himalaya et thé de Chine de la Compagnie Coloniale

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Année de fondation : 1848
Nombre de références : 180 thés dont 50 nature.

Boutiques : La marque n’a pas pignon sur rue, elle est présente dans 365 points de vente en France, dans des épiceries fines, chez des torréfacteurs et dans des brûleries. A Paris par exemple, vous les trouverez au Bon Marché, à la Brûlerie de Montmartre, etc.

Consulter le site Internet de la Compagnie Coloniale

 

Boîte de thé Earl Grey de la Compagnie Coloniale de la fin du 20e siècle.
Boîte de thé Earl Grey de la Compagnie Coloniale de la fin du 20e siècle.

Boîte de thé Ceylan de la Compagnie Coloniale datant du début 20e siècle
Boîte de thé Ceylan de la Compagnie Coloniale datant du début 20e siècle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer

Cape and Cape

Rooibos nature, Taffic Light de chez Cape and Cape

Cape and Cape est une jeune marque spécialisée dans le rooibos et les thés africains. Cette maison de thé originale a choisi de parier sur la capacité de l’Afrique à créer, se développer et innover. Parions qu’à l’avenir, il va être de plus en plus question de cette maison de thé moderne et des thés africains.

 

Intérieur de la boutique Cape and Cape
Intérieur de la boutique Cape and Cape, 19 rue Vineuse dans le 16e arr. parisien

 

L’HISTOIRE DE LA MAISON
Cape and Cape doit son nom au cap Blanc en Tunisie et au CapTown en Afrique du sud qui définissent le territoire d’où proviennent les thés et rooibos sélectionnés.
Au départ de cette maison, il y a la passion pour l’Afrique de 2 collectionneurs d’art : Gervanne et Matthias Leridon de la Fondation AAD (African Artistes for development). Lorsqu’ils fondent la marque en 2014, ils se positionnent comme découvreurs de rooibos. Petit à petit, ils vont également s’intéresser au(x) thé(s) africain(s) de qualité et devenir une maison de thés africains. La marque décide donc de faire découvrir certains thés de qualité, comme le thé vert du Malawi.

Le but est de promouvoir le rooibos et le thé africain, trop souvent méconnus ou peu considérés en France. La maison travaille directement avec les producteurs et un Teamaster afin de proposer des produits de qualité, originaux et inattendus, comme le thé africain oolong.
Les boîtes sont très colorées et très contemporaines. Elles sont réalisées par des artistes africains. Il existe 4 motifs de fonds différents : un pour les rooibos nature, un autre pour ceux aromatisés, un pour les thés nature et un pour ceux aromatisés.

Rooibos aromatisé : Chrismas Fireworks - Cape and Cape
Rooibos aromatisé : Chrismas Fireworks – Cape and Cape

INFORMATIONS PRATIQUES
Année de fondation : 2014
Nombre de références : une cinquantaine de références : une vingtaine de 20 rooibos nature et une dizaine aromatisés + une dizaine de thés nature et six aromatisés
Dégustation sur place : pas pour le moment
Particularités : sélection de produits de qualité, avec une volonté de faire découvrir le rooibos et les thés africains qui sont en plein essor.
Propose de très beaux coffrets permettant de découvrir la gamme.

Rooibos aromatisé : Miss grey - Cape and Cape
Rooibos aromatisé : Miss grey – Cape and Cape

Points de vente Cape and Cape  :
La marque possède de nombreux corners dans des salons de thés, boutiques dédiées aux thés ou cafés, lieux prestigieux comme Lafayette Gourmet ou le Bon Marché ainsi que dans des lieux plus inhabituels comme des cafés (cf. le café Fauve), une librairie, etc.
Consulter la liste des points de Cape and Cape

Coordonnées de la boutique
Tél. 01 45 24 77 70
Horaires d’ouverture : du lundi de 14h à 20h  et du mardi au samedi: de 12h à 20h
Consulter le site Internet de Cape and Cape

Kalahari Camp - Rooibos Sauvage de chez Cape and Cape
Rooibos sauvage : Kalahari Camp – Cape and Cape

Pour en savoir+ sur le rooibos, cliquez ici

Thé rouge Café noir

Située dans le quartier Montparnasse de Paris, Thé rouge Café noir n’est pas exclusivement dédiée au thé. Cependant, elle est assez originale pour avoir sa place ici. Notamment parce qu’elle commercialise de délicieux thés iraniens. Sa fondatrice, issue d’une famille de producteurs de thés en Iran, a gardé intacte sa passion pour le thé et la transmet au travers de ce lieu.

 

Intérieur de la boutique Thé rouge Café noir
Intérieur de la boutique Thé rouge Café noir

L’HISTOIRE
La responsable de la boutique, Haleh Chatelard, a souhaité un moment suivre la tradition familiale de la culture du thé iranien. La situation actuelle du pays rend difficile la culture du thé local et son exportation. Elle a donc modifié son projet et ouvert en septembre 2014, une boutique dédiée au thé, ainsi qu’au café et à l’épicerie fine.
Vous trouverez donc ici de très bons thés iraniens, provenant de la région de la mer Caspienne et rapportés directement d’Iran par la fondatrice du lieu. Thé rouge Café noir propose évidemment, des thés verts et noirs iraniens, allant de first flush à des thés plus ordinaires. La boutique vend également des thés japonais, chinois et indiens, et des rooibos.
Le lieu n’est pas un salon de thé à proprement parler, mais au fond de la boutique, une table est réservée aux clients. Vous pouvez y boire votre thé en toute tranquillité et, pour peu qu’il ait peu d’affluence ce jour là, vous pourrez échanger sur le thé avec une passionnée.
N’oubliez pas de lever les yeux aux plafonds, les lampes en forme de théières valent le détour !

 

Lampe en forme de théière de la boutique Thé noir Café rouge
Lampe en forme de théière de la boutique Thé noir Café rouge

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Année de fondation : 2014
Nombre de références : une soixantaine de thés
Dégustation sur place : à la demande
Particularité : vend également du café, des services à thés et des produits épicerie fine

Coordonnées de la boutique Thé rouge et Café noir
50, rue Vavin – 75006 Paris
Tél. 01 09 83 08 08 82 62 – mail : chaya.sarl[@]gmail.com
Horaires d’ouverture : Le lundi de 14h30-19h et du mardi au samedi, de 10h30-19h

Consulter le site internet de Thé rouge et Café noir