Maison de la culture du Japon à Paris (MCJP)

mdjcparis

Assister à une cérémonie du thé dans le haut lieu de la culture japonaise à Paris, c’est assurément faire le choix de la qualité.
La Maison de la culture et du japon à Paris propose des initiations à la cérémonie du thé japonaise : Chanoyu. Les deux écoles de thé japonaises sont représentées : Ura Senke et Omote Senke.
Des cours du style Ryûrei sont également donnés. Les cérémonies se déroulent dans le pavillon du thé au 5e étage.

INFORMATIONS PRATIQUES :
Adresse : 101 Bis, Quai Branly  – 75015 Paris
Réservation par téléphone au 01 44 37 95 95
Réservation en ligne

Les tarifs :
Pour les cours d’Omotesenke : 10€ la séance d’une heure
Pour les cours de Chanoyu par l’école d’ Ura Senke : tarif forfaitaire de105€
Pour les cours de style Ryûrei : 130€ les 10 séances d’une heure
Nb. Les tarifs sont ceux annoncés en janvier 2019

Assister à un cérémonie du thé japonais à Paris

Le musée Guimet est très réputé pour ses collections d’arts asiatiques. En revanche, on connait moins le Panthéon bouddhique qui se trouve sur la même avenue et son pavillon de thé japonais pour les cérémonies… totalement dépaysant !

La voie du thé (Cha no yu)

La cérémonie du thé existe au Japon depuis le 15e siècle et elle est intiment liée au bouddhisme zen. Il s’agit d’une recherche du beau à travers les objets et les gestes du quotidien. Elle repose sur 4 principes qui régissent :

  • l’harmonie (wa)
  • le respect (kei)
  • la pureté (sei)
  • la sérénité (jaku)

Assister à une cérémonie du thé en ce lieu est une expérience très singulière. Le visiteur traverse l’hôtel Heidelbach qui abrite les collections du panthéon bouddhique. Construit au 18e siècle, ce lieu est d’une facture très classique tranche avec le jardin zen sur lequel il donne.

Comme le veut la tradition japonaise, l’hôte traverse ce très beau jardin avant d’entrer dans un pavillon de thé japonais en bois.

C’est ici que se déroulent des cérémonies du thé des deux principales écoles japonaises : l’école Omotesenke et l’école Urasenke.

Les cérémonies dispensées au grand public sont courtes. C’est à dire quelles durent environ 30mn : on déguste une pâtisserie puis on boit un bol de matcha. Il existe une cérémonie plus longue, qui peut durer jusqu’à 4h. Elle comprend un repas, un thé épais (koicha) puis un thé léger (usucha).

Les différentes écoles suivent le même principe : un maître de thé exécute un certain nombre de gestes afin de préparer devant vous, un bol de thé au matcha, selon les règles de son école.

Le nombre d’hôtes est limité afin de préserver l’intimité de la cérémonie et cela permet également au petit comité de poser des questions à la fin.

En sortant du pavillon, retour dans la grande salle de l’hôtel qui projette une vidéo très intéressante pour mieux comprendre les codes de la cérémonie et le moment que vous venez de vivre.

Vous pouvez assister à plusieurs cérémonies, réalisées par la même école et le même maître de thé, ce sera à chaque fois une expérience nouvelle et vous ressortirez dans un état d’esprit différent. Vous serez surpris en regagnant la rue de constater à quel point Paris est bruyant après ce moment de grâce !

Nota bene : pour préserver le moment, les photographies sont interdites durant le cérémonie.

INFORMATIONS PRATIQUES :

Adresse : 19, avenue d’Iéna – 75 116 Paris
Réservation par téléphone au 01 40 73 88 00 ou par mail : resa[@]guimet.fr

Les tarifs :
Cérémonie dure 1 heure, pour des groupes de moins de 10 participants, compter 15€ par personne en 2019.

Nb. Début 2020, le jardin est actuellement en cours de ré-aménagement Le pavillon de thé est donc momentanément inaccessible.

Chawan (bol pour la cérémonie du thé) avec le chasen (fouet) pour préparer le thé.

Jugestsudo : Cha Zen

Logo Jugetsuod

 

 

 

 

 

 

La maison de thé japonaise Jugestsudo organise régulièrement des initiations à la cérémonie du thé Cha Zen, avec des maîtres de thé.
Les cérémonies se déroulent au sous-sol de la boutique, un espace dédié a été aménagé autour d’une magnifique table en hinoki (cyprès japonais).

INFORMATIONS PRATIQUES :
Adresse : 95, rue de Seine – 75006 Paris
Réservation par téléphone au 01 46 33 94 90 ou par mail : paris[@]maruyamanori.com
Ou sur le site Jugestsudo
Les tarifs :
Séance d’une durée d’environ de 50 minutes, pour des groupes de 5 à 7 participants, compter 35€ par personne.

 

L’Ecole du thé du Palais des thés

Depuis 1999, le Palais des thés propose des cours-séances dégustation de qualité. Jusqu’en janvier 2016, ils étaient dispensés par Carine Baudry, aromaticienne et expert-dégustateur en thé. A présent, ils sont dispensés par les responsables de boutiques qui ont été formés par Carine Baudry. Attention, ces cours ayant du succès il faut réserver longtemps à l’avance, notamment ceux animés par le fondateur du Palais des thés, François-Xavier Delmas.
Logo Palais des thés

 

 

L’Ecole du thé du Palais des thés est un lieu conçu et réservé aux conférences et cours de dégustation. Les vendeurs des boutiques Palais des thés sont d’ailleurs formés dans ce lieu.
Les cours ont lieu le soir, le week end ou sous forme intensive. Ces cours sont réputés pour le sérieux de leur enseignement.
Il existe différentes formules : des cours plutôt initiatiques, des cours pour apprendre à déguster, d’autres pour travailler olfaction et dégustation ainsi que des cours pour ceux qui sont plus avancés dans la pratique du thé.

INFORMATIONS PRATIQUES :
Adresse : 7 rue de Nice – 75011 Paris
Les réservations se font par téléphone au 01 43 56 90 90
ou sur le site de l’Ecole du thé

 

Les cours et tarifs :

L’école propose 9 thématiques, avec 4 sessions à chaque fois. Tarif : 45€ la session.

NB. Tous ces cours peuvent être pris et modulé à la carte.

Il existe également des sessions de  Week-end intensifs qui sont généralement des modules de 4 cours, cela va d’environ 180  à 280€.

 

Les grades du thé

Avez-vous déjà remarqué sur certains paquets de thé des sigles : FOP, SFTGFOP, GFBOP ? Avez-vous déjà bu un thé orange pekoe sans vraiment déceler un parfum d’orange lors de la dégustation?
Ces sigles et noms ont trait aux grades du thé noir, qui sont en grande partie un héritage du colonialisme britannique aux Indes. Ces grades ne concernent donc pas les thés chinois, coréens, vietnamiens, japonais ou taïwanais mais essentiellement les thés noirs d’Inde, du Sri Lanka et d’Afrique du Sud.

A quoi servent les grades du thé ?

Ces grades renseignent sur la taille des feuilles d’un thé. Selon l’état des feuilles et la période de la cueillette, le thé sera de plus ou moins bonne qualité et sa durée d’infusion variable.
Il existe 3 types de grades: un pour les feuilles entières (FOP), un pour les feuilles brisées (OP) et un troisième relatif aux feuilles brisées.
L’infusion d’une feuille entière sera beaucoup plus longue que celle d’une feuille brisée ou que celle des débris de thé que contiennent certains sachets. Il est important que les feuilles soient toutes de tailles similaires, même s’il s’agit d’un mélange.

Comment s’y retrouver ? On peut résumer ainsi les grades : plus le sigle contient de lettres, plus le thé contient de bourgeons et donc plus il est haut de gamme.

Les grades des thés noirs sont établis selon la taille des feuilles du théier

Les grades des thés noirs sont établis selon la taille des feuilles du théier. Les bourgeons et les plus jeunes pousses ont le grade le plus élevé.

S : Souchong : grandes feuilles très larges, roulées dans la longueur, essentiellement utilisées pour les thés fumés. Cf. Lapsang Souchong
P : Pekoe : feuilles qui ne contiennent pas de bourgeons.
OP : Orange pekoe :
Les hollandais ont joué un grand rôle dans le commerce et l’importation du thé en Europe à partir du 17e siècle. Orange est une allusion à la maison royale néerlandaise, Oranje Nassau.
Pekoe, est un dérivé d’un mot chinois signifiant duvet blanc : les jeunes bourgeons en sont recouvert.
C’est le grade de thé basique. Il signifie que le thé est composé de jeunes feuilles courtes, récoltées au moment où le bourgeon devient feuille.
FP : Flowery Pekoe. Les feuilles sont longues, peu larges, roulées en boule
FOP : Flowery Orange Pekoe. C’est une cueillette très fine, on récolte le bourgeon et les deux premières feuilles de chaque pousse. Les bourgeons présentent parfois un léger duvet blanc ou jaune, qui a donné le nom de golden tip.

FP : Flowery Pekoe : les feuilles sont longues, peu larges, roulées en boule
FOP : Flowery Orange Pekoe. C’est une cueillette très fine, on récolte le bourgeon et les deux premières feuilles de chaque pousse. Les bourgeons présentent parfois un léger duvet blanc ou jaune, qui a donné le nom de golden tip.

Dans certaines régions, comme l’Inde du Nord, la classification va plus loin :
GFOP : Golden Flowery Orange Pekoe. FOP contenant des bourgeons dorés.
TGFOP : Tippy Golden Flowery Orange Pekoe. GFOP contenant des nombreux bourgeons dorés.
TGFOP 1 : Tippy Golden Flowery Orange Pekoe One. TGFOP de qualité supérieure.
FTGFOP : Finest Tippy Golden Flowery Orange Pekoe. TGFOP de grande qualité.
FTGFOP 1 : Finest Tippy Golden Flowery Orange Pekoe One. FTGFOP de qualité supérieure.
SFTGFOP : Special Finest Tippy Golden Flowery Orange Pekoe. FTGFOP de qualité exceptionnelle.
SFTGFOP1 : Special Finest Tippy Golden Flowery Orange Pekoe One. SFTGFOP de qualité supérieure.

Les feuilles brisées : OP

Les feuilles brisées, vont donner des thés plus corsés, dont la liqueur sera plus colorée.

BP : Broken Pekoe : feuilles les plus basses du théiers. Absence de bourgeons.
BOP : Broken Orange Pekoe, thé grossier, essentiellement utilisé pour les mélanges.
FBOP : Flowery Broken Orange Pekoe
GBOP : Golden Broken Orange Pekoe
GFBOP : Golden Flowery Broken Orange Pekoe
TGBOP : Tippy Golden Broken Orange Pekoe

Les feuilles broyées : Fanning et Dust

Les feuilles broyées permettent de créer des thés qui infusent très vite et dont la coloration de la liqueur est également très rapide. Le goût est beaucoup moins subtil qu’avec des feuilles entières. On utilise ce procédé essentiellement pour les thés en sachet.
Le F : fannings, les morceaux de feuilles plates de petites tailles
Le D : dust, les feuilles sont broyées pour remplir les thés industriels en sachet et font moins d’un millimètre.

https://www.divinithe.com/wp-admin/post.php?post=591&action=edit

Lupicia

Cette maison de thé japonaise est située au cœur de Saint-Germain-des-Prés. Son magnifique comptoir olfactif, de 6 mètres de long d’échantillons de thés, est une telle tentation qu’il est difficile de quitter ce lieu les mains vides…

Lupicia : photo intérieure. La boutique a repirs l'esprit des maisons de thé japonaises où l'on trouve une composition florale liée à la saison et a l'état d'esprit du moment.
Intérieur du Lupicia. La boutique a repris l’esprit des maisons de thé japonaises, où l’on trouve une composition florale liée à la saison et à l’état d’esprit du moment.

L’HISTOIRE
Tout commence en 1994, à Tokyo. Aujourd’hui la marque possède 130 boutiques au Japon. Lupicia achète directement son thé aux producteurs et réalise elle-même l’acheminement, le tri des feuilles et le conditionnement des thés.
On y trouve de nombreux thés parfumés et souvent originaux, mais aussi des thés naturels, provenant du Japon, du Népal, d’Inde, d’Afrique du Sud, du Sri Lanka de Chine et Taïwan. Deux thés ont été créés en exclusivité pour la maison de thé parisienne : Bienvenue à Paris et Bonaparte n°40.
Le Lupicia offre également un grand choix de thés (noirs, vert, oolong) dont de très nombreux thés parfumés, avec des mélanges liés aux saisons et qui ne sont donc pas disponibles toute l’année. Il est possible de sentir de très nombreuses références, qui sont étalées sur un long comptoir, dans des boites métalliques rondes.

INFORMATIONS PRATIQUES
Année de fondation : 1994
Nombre de références : 100 références permanentes. 400 en tout car il existe de  nombreux thés saisonniers
Dégustation sur place : un thé du jour est proposé en boutique et il est possible de goûter un ou deux thés de son choix sur demande. Nb. Il vaut mieux venir en semaine car les vendeurs sont plus disponibles pour proposer des dégustations.
Particularité : les thés vendus par 50 grammes sont emballés sous azote afin de mieux préserver les arômes des feuilles, avec une mention à consommer de préférence avant  de précisée.
De nombreuses animations autour du thé sont organisées, comme la venue en en octobre 2014 du maître de thé Yôichi Kôrogi. Il a torréfié en direct, dans la boutique, un thé vert Kamairichia, issu de sa production.

Maître de thé Yôichi KÔROGI, présentant la liqueur du thé Kamairichia qu'il a torréfié en direct dans la boutique.
Maître de thé Yôichi KÔROGI, présentant la liqueur du thé Kamairichia qu’il a torréfié en direct dans la boutique.

Coordonnées de la maison de thé Lupicia
Il existe 140 boutiques dans le monde
Celle en France : 40, rue Bonaparte – 75006 Paris
Téléphone : 01 43 29 84 75– Mail : contact[@]lupicia.fr
Horaires d’ouverture : Du lundi au jeudi, de 10h à 19h et du vendredi au samedi, de 10h à 19h30

Consulter le site Internet Lupicia

George Cannon

Située dans le quartier Montparnasse, la boutique George Cannon a moins d’un décennie d’existence, alors que la marque est née à la fin du 19e siècle. La boutique est cependant bien connue des amateurs de thé et propose régulièrement des expositions sur le sujet.

Façade du magasin George Cannon
Façade de la boutique de thé George Cannon

L’HISTOIRE
L’histoire débute en 1898. Un anglais, George Cannon, décide de créer à Paris, sa société de négoce de thés. Il propose peu de références mais choisit des thés de haute qualité. Les années soixante-dix vont être celles du renouveau de la marque. Le fils du nouveau directeur, Olivier Scala, va adapter la gamme de thés proposée au goût du grand public. A partir de 1978, il comprend l’enjeu des thés parfumés et oriente une partie de l’activité vers la création de thés aromatisés maisons pour la marque.
En 2009, la marque décide d’avoir pignon sur rue et ouvre sa première boutique, dans le quartier Montparnasse. L’espace est conçu de manière originale : un salon de thé pour déguster sur place, un bar à thés et au sous-sol, un SPA et un espace dédié aux cérémonies du thés.
L’enseigne propose un grand choix de thés de Chine, Inde, Ceylan, Taïwan et Japon. Certains thés, issus de l’agriculture biologique, possèdent le label commerce équitable Max Haavelar.
Des mélanges exclusifs de la maison, fabriqués en France, sont également disponibles.

 

Intérieur de la boutique, derrière le comptoir se trouve la théothèque.
Intérieur de la boutique, derrière le comptoir se trouve la théothèque.

 

INFORMATIONS PRATIQUES
– Année de fondation : 1898
– Nombre de références : plus 300 de thés, dont des mélanges maison.
– Dégustation sur place : oui au salon de thé ou au bar à thés
– Cours de thé : démonstration de cérémonie du thé japonaise : Cha no Yu
– Particularité : L’enseigne propose un bar à thés pour boire un thé rapidement au comptoir et mais on peut également s’assoir dans le salon pour déguster un thé ou de déjeuner sur place.
Salon de massage au sous-sol ainsi que des démonstrations de cérémonie du thé japonaise : Cha no Yu.
La boutique organise régulièrement des expositions autour du thé.

Coordonnées de la boutique George Cannon :
12, rue Notre Dame des Champs – 75006 Paris
Réservation : tél. 01 53 63 05 43
Horaires d’ouverture : Le lundi, de 12h à 18h, et du jeudi au samedi, de 9h-19h30

Consulter le site Internet George Cannon

Le thé noir

Parfumés ou naturels, les thés noirs sont très populaires en Europe. Fabriqués à partir de feuilles entièrement oxydées, ils se conservent donc très bien. On les apprécie pour leurs notes chaudes, boisées, miellées, cacaotées et vanillées. Même si le thé vert est de plus en plus apprécié, les français continuent de consommer majoritairement du thé noir.

Divinithe_Quimen_mao_feng_feuilles_après_infusion
Thé noir chinois : feuilles de Quimen mao feng après infusion

Qu’est-ce que le thé noir ?

En Occident, nous nommons le thé d’après la couleur des feuilles avant infusion alors que les chinois observent les feuilles après infusion. Ainsi, ce que nous nommons thé noir est considéré comme du thé rouge par les chinois. En effet, ces derniers regardent les reflets bruns-cuivrés des feuilles de thés infusées pour en définir la couleur.

Selon la légende, ce thé a été créé par hasard, par les anglais au 17e siècle. A cette époque, les clippers de la Compagnie des Indes mettaient entre 12 et 15 mois pour arriver en Europe. Lors du voyage en bateau, certaines caisses d’une cargaison de thé vert, exposées au soleil et à la chaleur, auraient provoqué la fermentation du thé. A l’arrivée, les anglais goutant ce thé vert, l’ont apprécié et même trouvé meilleur que le thé vert. C’est ainsi que nous aurions pris l’habitude de consommer du thé noir en Europe.

Comment est fabriqué le thé noir ?

Il existe plusieurs façons de le fabriquer, dont deux essentielles : celle dite orthodoxe et la CTC. Avec la méthode orthodoxe, on obtient des thés de meilleure qualité que les CTC qui sont donc des thés industriels.

La première méthode, celle dite orthodoxe

Cette méthode débute par le flétrissage. On étale et brasse les feuilles récoltées sur de grandes claies. L’opération est réalisée, soit à l’air libre, soit dans des pièces ventilées de la manufacture. L’objectif est que les feuilles perdent plus de la moitié de leur taux d’humidité. La durée varie selon les conditions climatiques, le taux d’humidité de l’air et la chaleur. Néanmoins, cette étape dure généralement entre 12 et 16h. Elle est cruciale car a une grande incidence sur la qualité du thé.

Flétrissage des feuilles de thé à  Illam au Nepal
Etape du flétrissage des feuilles de thé à Illam au Népal. La photo ne peut hélas traduire les merveilleuses odeurs qui se dégagent à ce moment-là.
Le roulage

Il peut être mécanisé, ou manuel quand il s’agit de grands crus.
On roule les feuilles assouplies par le flétrissage. Le but est de briser les cellules des feuilles, sans pour autant les casser, pour provoquer une réaction enzymique. Sous l’effet de l’oxydation, la couleur des feuilles change ainsi que les composés aromatiques.
Ainsi, des feuilles très roulées donnent un thé corsé et celles peu roulées une liqueur plus légère.

L’oxydation du thé noir

Cette étape est cruciale car elle décide de la future saveur du thé. Les feuilles sont étalées sur 4 à 6 cm d’épaisseur dans une pièce avec un taux d’humidité entre 80 et 85%, à température constante, entre 20 et 22°C.
Cette opération dure entre 2 et 5 heures. Elle varie selon de nombreux facteurs : la qualité des feuilles, la région, le climat et la couleur de feuille souhaitée.

Pour le thé noir, on cherche à développer des arômes boisés, miellés, fruités, vanillés, cacaotés et épicés qui seront donc liées à cette oxydation.

Le séchage

Ensuite, les feuilles sont généralement mises sur des tapis roulant et des séchoirs à air chaud (à 90°C) pour stopper le processus de fermentation et réduire encore l’humidité. Cette étape peut également être réalisée dans des fours à haute température.

Le triage

On trie les feuilles par taille et épaisseur et on sépare les feuilles entières des celles brisées (broken) afin que les thés soient uniformes.

Divinithe roulage des feuilles de thé - Illam Nepal
Etape du roulagedes feuilles de thé à Illam, au Népal.

Deuxième méthode : celle dite CTC (Crush, Tear, Curl)

Ce procédé, broyage, déchiquetage et bouclage des feuilles a été mis au point en 1930 par les anglais.

Comme pour la méthode orthodoxe, on commence par flétrir les feuilles. Elles vont ensuite passer entre deux rouleaux tournant en sens inverse et à vitesses différentes. Le but est de broyer et désintégrer les feuilles en de minuscules particules. Puis, elles seront roulées en petites boulettes.
La suite du traitement est identique à la méthode orthodoxe.
Le thé fabriqué ainsi est essentiellement utilisé pour les thés en sachet. Le but est d’obtenir des thés qui infusent en très peu de temps et se colorent très rapidement.

Les autres méthodes de fabrication du thé noir

Le legg-cutter : les feuilles sont comprimés et agglutinées puis comme pour le CTC, on les désintègre en fines particules. Ces thés sont très présents dans les supermarchés et malheureusement les feuilles ainsi réduites en poudre ne donnent pas des thés très complexes et délicats.

Le LTP : signifie Lawrie Tea Processor. Lawrie étant l’inventeur de la machine rotative à haute vitesse qui permet de déchirer en morceaux les feuilles précédemment flétries et aplanies.
NB. Tout comme pour le CTC, les méthodes LTP, legg-cutter sont essentiellement utilisées pour la production de thés destinés à la consommation en sachets.

Les grades du thé noir

Lire l’article Les grades du thé, comment s’y retrouver ?

Quels sont les principaux pays producteurs ?

  • La Chine, le Sri Lanka, l’Inde, le Kenya, le Vietnam, l’Indonésie, la Turquie, l’Iran, le Bangladesh, l’Ouganda, le Malawi, l’Argentine et la Tanzanie

Quels sont les principaux thés noirs ?

Pour la Chine

Les thés noirs Yunnan réputés sont le Dian Hong, le Yunanan Imperial et le Golden Yunnan.
Pour les récoltes de grande qualité, il est fabriqué à partir de bourgeons et de jeunes pousses. La feuille sèche est donc duveteuse et torsadée et donne, une fois infusée une liqueur ambrée, parfois légèrement amère, avec des arômes fleuris, boisés, cacaotés et mielleux.

Le Keemun (ou Qimen) : Mao feng , Keemun hong gong fu cha, Keemun Xin Ya, Keemun Hao Y. Ce thé doit son nom à la ville Keemun près de laquelle il est cultivé, dans la province d’Anhui.
Dans les récoltes de qualité, les feuilles sont donc petites, torsadées et contiennent quelques bourgeons. La liqueur a des reflets rouges cuivrés et des notes de chocolat et de rose.

Le Lapsang Souchong : Originaire de la province chinoise du Fujian, ce thé noir est un thé fumé au goût très prononcé. Il est traditionnellement fumé sur un lit d’épicea ou cèdre. Fabriqué à partir des feuilles basses du théier, il contient donc peu de théine. Ce thé est de plus en plus difficile à trouver en France car interdit pour des raisons sanitaires.

DiviniThe-Dian_Hong_Thé_feuilles (1)
Feuilles de Dian Hong. Cette récolte est composé uniquement de bourgeons légèrement duveteux., un thé noir chinois très réputé aux notes chocolatées, boisées, matlées et mielllées.

Pour l’Inde

Le Darjeeling : dit le champagne des thés noirs
Ce thé est tellement prisé – notamment des anglais – qu’il es’en vend plus qu’il n’en est produit dans la région du Darjeeling. L’essentiel de la production part à l’export.

En 2012, afin de lutter contre les contrefaçons, la Tea Board of India a créé une appellation, la Darjeeling certification mark and logo, reconnue par l’Union Européenne. Elle regroupe plus de 85 jardins.
ON réalise 4 récoltes par an de ce thé, produit sur les contreforts de l’Himalaya.
La première récolte dite First flush est la plus recherchée. Elle a lieu entre mars et avril et est produite en petite quantité. Elle donne des thés réputés pour leurs arômes très parfumés et très délicats.
Parmi les plus célèbres: Castelon, Bloomfield, Margaret’s hope, Namring.

Le Assam : situé au Nord de l’Inde, c’est la région qui produit le plus de thé au monde.
Elle comprend plus de 2 000 jardins où? entre mars et octobre? le thé peut être récolté 4 fois dans l’année. La 2e récolte de l’année est la plus prisée.
Les thés Assam sont généralement assez fort, parfois épicés et maltés. C’est pourquoi, on les consomme souvent au petit déjeuner.

Divinithé : Feuilles d'Assam pointes dorées.
Feuilles d’un thé noir Assam à pointes dorées, c’est à dire que la récolte contient quelques bourgeons.

Pour le Sri Lanka

Le Ceylan : de l’ancien nom de l’île du Sri Lanka.
On récolte toute l’année et on classe les thés en 3 catégories qui indiquent l’altitude à laquelle le thé est cultivé :
Le low grow: altitude entre 450 et 550 mètres
Le mid grow : altitude entre 550 et 1000 mètres
Le high grow: altitude entre 1000 et 2200 mètres
Les terroirs les plus célèbres sont ceux de Dimbulla, Nurawa Eliya et Uva.

Les vertus du thé noir

Selon une étude britannique (1), le thé noir, grâce aux flavonoïdes qu’il contient, aide à réduire les risques de problèmes cardiovasculaires.

En hiver, les notes chaudes du thé noir sont très réconfortantes !

(1) Black tea–helpful or harmful, A review of the evidence, 2007

Comment préparer le thé noir ?

La famille des thés noirs étant très riche, cela varie d’un thé à l’autre et surtout c’est en testant que vous trouverez l’infusion idéale pour vous.

  • La température : de 85 à 95°C
  • Les thés noirs d’origine: de 4 à 7mn. Pour les grands crus, les feuilles peuvent être réutilisées pour une 2e infusion.
  • Les thés noirs aromatisés : 3 à 5mn
  • Les Darjeeling : pour les premières récoltes de 3 à 4mn et pour les récoltes suivantes de 3mn30 à 5mn.
  • En Gong fu cha : plus votre thé sera de qualité, plus vous pourrez faire d’infusions successives.